Diário
Director

Independente
João de Sousa

Quinta-feira, Maio 26, 2022

Políticos europeus nas mãos da China e da Rússia. Parlamento Europeu investiga

O Parlamento Europeu começou a investigar a “captura das elites europeias” pela Rússia, pela China e etc…

O eurodeputado Raphaël Glucksmann preside à “comissão especial sobre as ingerências estrangeiras” nos assuntos europeus e afirma que “Russes et Chinois assurent la retraite dorée de dizaines et de dizaines de décideurs politiques d’Europe… Chasser les marchands du temple me semble être la condition de la possibilité du rétablissement de la confiance dans nos institutions. Et un impératif de sécurité nationale et européenne.”

Em Portugal, ninguém fala do assunto e é claro… “no pasa nada”! Ou passará…?

 

Raphaël Glucksmann: “Russes et Chinois assurent la retraite dorée de dizaines de décideurs politiques d’Europe”

 

L’instigateur de la commission spéciale du Parlement européen sur les ingérences étrangères s’alarme du recrutement des élites de l’UE par Moscou et Pékin.

Emmanuel Berretta | Le Point | 13/01/2022

Le 18 juin 2020, le Parlement européen décidait de créer une commission spéciale pour étudier les ingérences étrangères dans les affaires européennes. L’eurodéputé social-démocrate Raphaël Glucksmann, l’un de ses initiateurs, en a pris la présidence.

Les ingérences des puissances dites hostiles sont un sujet délicat et peuvent prendre diverses formes: ingérence dans les processus électoraux, désinformation, espionnage, attaques informatiques, soutiens financiers directs et indirects aux factieux, jusqu’aux menaces hybrides comme l’instrumentalisation des filières migratoires dans le but de déstabiliser un pays, à l’instar des tentatives du régime biélorusse de Loukachenko.

Mais la commission spéciale, dite INGE (pour ingérences), s’est aussi attachée à analyser le «soft power» pratiqué par les Russes et les Chinois.

Parmi les instruments d’influence identifiés: la capture des élites. Ou comment d’anciens dirigeants européens de haut rang ou d’anciens hauts fonctionnaires sont peu à peu approchés par les entreprises russes et chinoises.

Le Point: L’ingérence étrangère en Europe passe-t-elle aussi par une forme de corruption des élites européennes?

Raphaël Glucksmann: Plus encore que la corruption dans sa définition classique, le danger me semble être la captation des élites par des intérêts étrangers hostiles à nos démocraties, une forme légale et insidieuse de corruption, donc.

C’est un sujet qu’on étudie depuis un an avec la commission spéciale. Un sujet à mon sens fondamental, qui n’a pas soulevé, cependant, de grand émoi dans le débat public européen jusqu’ici. En fait, Russes et Chinois assurent la retraite dorée de dizaines et de dizaines de décideurs politiques d’Europe…

Vous pensez à l’ancien chancelier allemand Gerhard Schröder

C’est l’exemple le plus connu, mais ce n’est qu’un exemple parmi d’autres. L’impact que peut avoir ce type de pratique sur les politiques menées en Europe est un sujet qui devrait faire réfléchir et protester les citoyens. L’exemple de la politique énergétique allemande est frappant.

On sait à quel point la décision prise à Berlin de sortir du nucléaire a impacté l’ensemble du continent. Mais sait-on à quel point Gazprom, premier bénéficiaire de cette décision, a réussi à pénétrer l’appareil politique et bureaucratique allemand? Prenez la construction du gazoduc Nord Stream, puis aujourd’hui Nord Stream 2, qui empoisonne encore nos débats au Parlement.

La décision originelle a été prise par Gerhard Schröder, qui se retrouve aujourd’hui au «board» du gazoduc. Il a engagé les fonds des contribuables allemands dans un projet écologiquement désastreux et géopolitiquement calamiteux et se retrouve, sitôt sa chancellerie terminée, salarié par ce projet: comment accepter cela?

Continuons: la personne qui a mis en place les politiques énergétiques allemandes toutes ces années s’appelle Marion Scheller, qui vient, quant à elle, des cercles d’Helmut Kohl.

Marion Scheller était la responsable pendant de longues années de la politique énergétique au ministère de l’Économie allemand. Elle avait la responsabilité des fonds de transition énergétique et des fonds climat. Elle a supervisé la transition de la principale économie européenne du nucléaire vers le gaz. Eh bien Marion Scheller est aujourd’hui la lobbyiste en chef de Gazprom en Europe.

Il est où, le modèle allemand de transparence et de vertu, là? Mais la même chose se produit partout sur le continent et cela pose une question cruciale à nos démocraties. On a dressé la liste à la fois des dirigeants politiques, des hauts fonctionnaires, des dirigeants d’institutions culturelles ou des dirigeants de grandes écoles qui se retrouvent à travailler pour des intérêts chinois ou russes, une liste qui fait plusieurs pages…

Dont François Fillon…

Dont François Fillon, mais aussi des dirigeants de gauche en Europe, d’anciens ministres socialistes. C’est transpartisan et transnational. Et donc, là, il y a un problème sur le sens même du service de la cité. À quel moment vous pensez que Schröder commence à travailler pour Gazprom? Au moment où il engage des fonds publics allemands pour la construction de Nord Stream? Avant ou après? Vous ne le saurez jamais. C’est un problème politique majeur. Or cela n’a pas généré un scandale massif. Comme si on s’était résigné à ce genre de pratique…

Il n’y a pas eu, jusqu’à notre commission spéciale, de questionnement paneuropéen sur cela. Je vous pose la question: est-il normal que des Premiers ministres, des chefs de gouvernement, des ministres, des chefs d’État travaillent pour des intérêts étrangers hostiles dès que leur mandat prend fin? Ce n’est pas être populiste que d’identifier là une immense trahison des élites.

Quand, au cœur même de Polytechnique, on fait pénétrer les intérêts chinois, vous pensez que ça n’a pas d’impact sur la formation des élites françaises? Il y a des mesures à prendre.

Des interdictions?

Des interdictions et un retour à un rapport au monde un peu plus romain, c’est-à-dire où on a le sens du patriotisme et du service de l’État.

Je ne préconise pas de revenir à Machiavel et à ses exemples de vertu républicaine antique, mais chasser les marchands du temple me semble être la condition de la possibilité du rétablissement de la confiance dans nos institutions. Et un impératif de sécurité nationale et européenne.


Exclusivo Tornado / IntelNomics

Receba a nossa newsletter

Contorne o cinzentismo dominante subscrevendo a nossa Newsletter. Oferecemos-lhe ângulos de visão e análise que não encontrará disponíveis na imprensa mainstream.

- Publicidade -

Outros artigos

- Publicidade -

Últimas notícias

Mais lidos

- Publicidade -