Diário
Director

Independente
João de Sousa

Terça-feira, Julho 23, 2024

Torture dans les prisons irakiennes

Covid 19 dans les prisons irakiennes – L’épidémie utilisée pour augmenter la torture

Selon plusieurs sources, la pratique de la torture a augmenté dans les prisons irakiennes du fait de la la pandémie du Covid-19.

Le fait que les prisons soient confinés donne aux autorités pénitentiaires une immunité totale contre la torture et les mauvais traitements infligés aux détenus.

 

Les prisons irakiennes sont extrêmement surpeuplées (lien vidéo). Dans les cellules, il n’y a souvent même pas assez d’espace pour que les détenus s’allongent. Les prisonniers sont littéralement les uns sur les autres, sans hygiène minimale, et en l’absence de ventilation adéquate. «Nous vivons comme des chèvres dans un camion de transport sur le chemin de l’abattoir», explique l’un des prisonniers.

Les infections, les pneumonies, la mauvaise alimentation, une mauvaise hygiène, les cicatrices et les blessures causées par les tortures sont le terreau de la mort.

La tuberculose est l’une des principales maladies à l’intérieur des prisons irakiennes car elle se propage par voie aérienne lorsqu’une personne atteinte de tuberculose pulmonaire tousse, éternue ou crache. Même si la tuberculose est guérissable et évitable, les détenus dénoncent l’absence d’assistance médicale. Lorsqu’un détenu atteint un stade critique de la maladie, il reçoit une injection et décède peu de temps après. Les prisonniers ont peur de dire qu’ils sont malades, car ils savent qu’ils seront «exécutés».

Plusieurs grèves de la faim ont été faites par les prisonniers sans que cela n’améliore leur situation, et l’ensemble des appels lancés au gouvernement irakien sont restés sans réponse.

Les prisonniers dépendent de l’argent envoyé par les familles pour pouvoir avoir suffisamment de nourriture. Toutefois, en raison du confinement actuel, le directeur de la prison de la prison centrale de Nasiriyah conserve l’argent et les prisonniers ne peuvent donc pas avoir un apport alimentaire journalier suffisant.

Selon les avocats de plusieurs détenus, le Covid-19 a atteint toutes les prisons même si cela est caché. Presque tous les détenus souffrent de maladies chroniques, ce qui constitue un facteur important de risque d’exposition au coronavirus.

Le bureau irakien du Comité international de la Croix-Rouge a récemment désinfecté la prison centrale de Nasiriyah. Cependant, les entités des droits de l’homme n’ont jamais pleinement accès aux prisonniers, qui sont contraints de cacher leur état de santé actuel, de peur des représailles qui entraînent souvent la torture et la mort.

Des actes de torture et d’autres mauvais traitements continuent d’être régulièrement commis par les forces de sécurité iraquiennes ainsi que par des membres des milices (Unités de mobilisation populaire) dans un climat d’impunité total. Il en va de même de l’administration pénitentiaire.

Les avocats sont, tout comme les membres de la famille des détenus, désespérés de voir que les organisations internationales chargées de la défense des droits de l’homme ne les protègent pas.

Les prisons irakiennes sont administrées comme des abattoirs. Les gardiens et le directeur de la prison sont corrompus et seuls les détenus qui peuvent payer ont un minimum d’espace pour vivre.

Nous ne pouvons pas rester seuls dans cette bataille, nous avons besoin d’aide. Nous appelons toutes les organisations des droits de l’homme à faire pression sur le gouvernement irakien pour qu’il respecte l’Ensemble de règles minima des Nations Unies pour le traitement des détenus (Règles Nelson Mandela).».

Les méthodes de torture les plus fréquemment signalées comprennent la suspension, l’utilisation de décharges électriques, des coups avec divers objets, dont des barres et des tuyaux en métal, des menaces de viol, entre autres.

Des photos de Falha Hassan Mutar El Joubouri arrosé de produits chimiques après un passage à tabac extrême ont été publiées sur Twitter le 12 avril dernier, montrant la terrible réalité de la torture dans les prisons irakiennes.

J’y ai été roué de coups avec des câbles et des barres métalliques. Ils m’ont suspendu par les bras au plafond. La peau de mon dos a été grattée et ils ont vaporisé un produit de nettoyage sur mes blessures.».

Des prisonniers continuent d’être assassinés, comme ce fut le cas de Falha Hassan Mutar El Joubouri, à la prison centrale de Nasiriyah, la semaine dernière.

Quelques jours après, Hamed Waheeb Najm Al-Halbousi est également décédé après avoir été torturé.

En Iraq, les personnes arrêtées et détenues bénéficient rarement des garanties fondamentales.

Presque tous les détenus de la prison centrale de Nasiriyah ont été condamnés et sont maintenant en détention uniquement sur la base d’aveux obtenus sous la torture.

On estime que plus de 70% des condamnations en Irak sont fondées sur des aveux obtenus sous la torture.

«Alkarama», une organisation suisse des droits de l’homme a dénoncé de telles pratiques:

“Dans le même esprit, une pratique extrêmement alarmante consiste à diffuser ces” aveux “à la télévision avec la collaboration du ministère de l’Intérieur, en violation flagrante du principe de la présomption d’innocence et du droit à un traitement équitable dans les procédures judiciaires consacrées l’article 19 de la Constitution. Dans la série «La terreur entre les mains de la justice», la chaîne contrôlée par l’État, Al Iraquiya fait venir des détenus «terroristes» en détention provisoire pour «avouer leurs crimes», très probablement après avoir été torturés et menacés. En conséquence, les personnes amenées à la télévision sont stigmatisées comme des «terroristes» et le pouvoir judiciaire est contraint de les juger coupables sur la seule base de ces confessions publiques ».

Selon des rapports d’ONG, des responsables du ministère de l’Intérieur organisent également régulièrement des conférences au cours desquelles des détenus accusés de délits sont présentés aux médias pour avouer. »

Source: Alkarama

La MANUI (Mission d’assistance des Nations Unies pour l’Iraq) a elle-même reconnu que les « interrogatoires et les procès reposent presque exclusivement sur des aveux obtenus sous la torture et sur des informations livrées «Informateurs secrets», alors que des preuves matérielles ou corroborantes sont rarement présentées».

Les tribunaux ont régulièrement condamné les accusés sur la base «d’aveux» forcés ou de preuves obtenus sous la torture.

Le système de justice pénale irakien a été utilisé comme outil de vengeance non seulement pour les crimes commis par des groupes armés, mais aussi pour arrêter les militants des droits de l’homme et récemment aussi des manifestants.

Les autorités irakiennes n’ont manifesté aucune volonté politique d’enquêter sur les allégations de torture et autres mauvais traitements.

Dans un message adressé à tous les défenseurs des droits humains, un prisonnier de la prison centrale de Nasiriyah lance un appel poignant :
Écoutez les cris des faibles – Cette prison est devenue comme une tombe dans laquelle ces tortures sont enterrées et englouties par le silence! ».

Le détenu a détaillé les horreurs des conditions de détention et les tortures, tortures infligées sans aucune action des médias et des organisations des droits de l’homme.



Receba a nossa newsletter

Contorne o cinzentismo dominante subscrevendo a Newsletter do Jornal Tornado. Oferecemos-lhe ângulos de visão e análise que não encontrará disponíveis na imprensa mainstream.

 

Receba a nossa newsletter

Contorne o cinzentismo dominante subscrevendo a nossa Newsletter. Oferecemos-lhe ângulos de visão e análise que não encontrará disponíveis na imprensa mainstream.

- Publicidade -

Outros artigos

- Publicidade -

Últimas notícias

Mais lidos

- Publicidade -