Diário
Director

Independente
João de Sousa

Sexta-feira, Dezembro 9, 2022

Ler os “clássicos” é preciso para perceber a actualidade

Se há obra fundadora de uma disciplina, a “Guerra do Peloponeso” de Tucídides é certamente uma delas. Em 27 séculos, a obra deste general e historiador da velha Grécia não envelheceu e, pelo contrário, mantém-se uma referência fundamental, uma decisiva “grelha de leitura”, para perceber a nossa actualidade.

De Thucydide à Mackinder: correspondances géopolitiques

Jean-Baptiste Noé | Conflits | 16 janvier 2022

Thucydide a posé les fondements conceptuels de la géopolitique. Sa “Guerre du Péloponnèse” contient toutes les réflexions et tous les concepts qui structurent aujourd’hui la pensée géopolitique. Si sa postérité fut nulle à l’époque médiévale et classique, il est désormais redécouvert, analysé, critiqué et, de la mer Égée aux États-Unis, c’est une correspondance intellectuelle qui se tisse.

De la géopolitique, Thucydide a posé tous les concepts. Le choc terre/mer, l’opposition entre la thalassocratie (Athènes) et la puissance continentale (Sparte), le réalisme et l’idéalisme, les alliances de revers (les Perses), les idées magistrales qui échouent (expédition de Sicile), la lutte entre le droit et la force (dialogue des Méliens), l’hubris impérialiste, l’alliance de protection qui se mue en alliance de domination (ligue de Délos), la guerre mondiale et l’engrenage des alliances, la confrontation des cités et des empires, etc.

À la fois acteur et observateur de la guerre du Péloponnèse, Thucydide a légué à la postérité un chef-d’œuvre dont l’immuabilité des conclusions lui donne une allure de bréviaire de la géopolitique.

Deux mille quatre cents ans plus tard, la finesse de sa pensée est toujours aussi précieuse pour analyser les enjeux géopolitiques.

Un poète de l’action

C’est par Thucydide et son continuateur Xénophon que nous connaissons l’histoire de cette guerre. Tous les deux sont généraux, tous les deux ont l’expérience des combats, même si Xénophon eut plus de succès que Thucydide.

Les deux ont connu l’exil et la rupture avec leur cité d’origine, les deux ont pensé et réfléchi ce qu’ils ont vécu avant de poser par écrit leurs combats. Puis Thucydide fut oublié. Il ne figure même pas, à l’inverse de Xénophon, sur la fresque de L’École d’Athènes de Raphaël, lui à qui on doit pourtant le grand discours de Périclès sur Athènes École de la Grèce.

C’est le xixe siècle qui l’a redécouvert, traduit et commenté. C’est au moment où se développait la géographie et l’histoire, où l’Europe découvrait le monde, que Thucydide était lu et compris. Il semble être un trésor grec enfoui de longs siècles durant et déterré dans une époque qui pourtant oublie ses classiques.

Thucydide demeure aujourd’hui, et des générations de géopoliticiens se sont abreuvées de son œuvre. Dès le prologue, tout est dit :

«Cette histoire de la guerre entre les Péloponnésiens et les Athéniens est l’œuvre de Thucydide d’Athènes. L’auteur a entrepris ce travail dès le début des hostilités. Il avait prévu que ce serait une grande guerre et qu’elle aurait plus de retentissement que tous les conflits antérieurs.

De Thucydide à Mackinder : correspondances géopolitiques


Exclusivo Tornado / IntelNomics

Receba a nossa newsletter

Contorne o cinzentismo dominante subscrevendo a nossa Newsletter. Oferecemos-lhe ângulos de visão e análise que não encontrará disponíveis na imprensa mainstream.

- Publicidade -

Outros artigos

- Publicidade -

Últimas notícias

Mais lidos

- Publicidade -